Epub - Marchienne-Au-Pont

Epub - Marchienne-Au-Pont

previous arrow
next arrow
Slider

Le mot du Consistoire avril 2020

Mot du consistoire en période de confinement !

Ironie du sort, la course frénétique dans laquelle notre monde s’est engagé ces dernières décennies a subitement été stoppée par une microscopique bestiole invisible à l’œil nu, pompeusement appelée Covid-19 (s’agirait-il d‘un millésime ?) que personne n’a vu arriver et qui s’assure les services de la Grande Faucheuse à grands tours de bras !  Et nous voilà assignés à résidence si nous ne voulons pas, au pire, nous trouver sur sa trajectoire.
Ironie du sort, le Covid-19 a supplanté en efficacité tous les types d’armes utilisées jusqu’à présent pour mettre le monde entier à genoux en quelques jours seulement !
Une parole de Jésus, glanée au cours d’une lecture, a retenu mon attention car je crois qu’elle peut nous aider à prendre conscience de notre responsabilité de chrétiennes et chrétiens qui nous prévalons du nom de Jésus.
« Les pharisiens et les sadducéens abordèrent Jésus et, pour le mettre à l’épreuve, lui demandèrent de leur faire voir un signe venant du ciel. 
Il leur répondit : Le soir, vous dites : « Il fera beau, car le ciel est rouge. » 
Et le matin : « Il y aura de l’orage aujourd’hui, car le ciel est d’un rouge sombre. » Vous savez discerner l’aspect du ciel, et vous ne pouvez pas discerner les signes des temps. » (Matthieu 16 :2-3) 
Bien sûr il ne s’agit pas d’isoler de leur contexte ces deux versets dans lesquels les pharisiens mettent Jésus à l’épreuve en lui demandant un signe prouvant qu’il était bien l’envoyé de Dieu.
Mais ces reproches de Jésus aux pharisiens ne devraient-ils pas nous faire réfléchir à notre façon d’être au monde en nous souvenant de la prière de Jésus à son Père concernant ses disciples : « Père, je ne te demande pas de les ôter du monde, mais de les garder du mal. »
Discerner les signes des temps ne signifie pas spéculer sur la date de la fin de l’histoire humaine qui a commencé un « premier jour » et donc finira au « dernier jour » et Jésus disait lui-même à ses disciples ne rien connaître de ce moment, seul son Père en avait la connaissance.
Discerner les signes des temps nous amènera peut-être à adopter une réaction positive face à cette crise du Covid-19 et celles qu’elle va forcément engendrer à sa suite, pour nous faire prendre conscience de notre fragilité, de notre précarité et de notre finitude. Nous ne sommes pas des « surhumains » invincibles qui pensons pouvoir ignorer les limites que le Créateur a instaurées en vue du bien-vivre en commun. « Tu mangeras de tous les arbres du jardin, mais tu ne mangeras pas tout » c’est dans cet esprit-là que Dieu s’était adressé à Adam.
Jésus fait bien comprendre aux pharisiens que les signes des temps ne sont pas à observer dans le ciel mais dans notre monde, dans l’épaisseur de toutes les réalités humaines pour discerner en elles des signes de la présence divine qui s’est manifestée tout au long de l’histoire de l’humanité et qui continue de se manifester.
A nous de discerner les signes du Royaume de Dieu en cours de réalisation, Royaume qui fut annoncé par les prophètes et inauguré par la venue du Christ en notre monde.Discerner les signes des temps devrait nous rendre attentifs, entre autres, à la perversité d’un système économique et financier qui conduit à l’exclusion et à des disparités sociales de plus en plus importantes où l’être humain est réduit à un bien de consommation.
Discerner les signes des temps serait de reconnaître et dénoncer tout ce qui constitue une entrave à l’épanouissement de l’être humain quand il est privé de l’Amour et cette privation peut revêtir une multitude de formes.
Nous allons fêter Pâques dans les conditions particulières de confinement mais que cet « enfermement » physique ne soit pas le symbole d’un tombeau fermé dont la pierre ne serait pas roulée nous empêchant ainsi de discerner des signes du Royaume dans tous les gestes de partage et de communion que cette épreuve nous permet de vivre ensemble !
A toi la gloire, O Ressuscité ! À toi la victoire pour l’éternité.
Brillant de lumière, l’ange est descendu ;
Il roule la pierre du tombeau vaincu.
À toi la gloire, O ressuscité !
À toi la victoire pour l’éternité.

Joyeuses Pâques
Jacqueline


Laisser un commentaire

Fermer le menu