Epub - Marchienne-Au-Pont

Epub - Marchienne-Au-Pont

previous arrow
next arrow
Slider

Dimanche 4 août 2019 (CQ18)

Le riche insensé : Vanité de la pléthore

ACCUEIL

Grâce et paix nous sont à tous données.
Nous célébrerons ce culte au nom du Seigneur notre Dieu.
Il donne un sens à notre vie.
Notre vie a une part secrète, cachée avec le Christ, en Dieu, avec un avenir au-delà de ce que nous vivons actuellement.
L’Esprit de Jésus-Christ nourrit cette vie, Il nous aide à vivre chaque journée, Il est la source de notre confiance, de notre force et de notre espérance.
Avec l’Esprit, notre vie devient quelque chose de bien.
1
Oui, aujourd’hui, nous sommes invités à réfléchir sur le sens, sur la finalité et la destination de notre vie.
Il y a un premier choix à faire ; de deux choses l’une :
Nous choisissons d’avoir et risquons alors de nous faire avoir, en particulier, d’être accaparés par le besoin d’accumuler et de posséder ;
Ou bien nous apprenons à regarder au-delà des apparences.
Il s’agit de savoir où se trouve l’essentiel.
Chantons à Dieu, ses paroles ne trompent pas !
2
Frères et Sœurs, le Seigneur est notre vraie richesse.
Lorsque nous recherchons son amitié, sa Parole nous révèle le sens de notre existence, et, du même coup, cette Parole met de la lumière au cœur de nos vies.
Si nous n’avions pas l’amour de Dieu pour nous inspirer, nos tâches seraient vaines et notre existence serait tout aussi vaine.
Cela
Le Seigneur est avec nous !
Chantons sa présence !

Cantique 159 § 1 & 2 « Je chanterai le nom du Seigneur »

LOUANGE

Quand mes devoirs m’écrasent, quand la peur d’échouer noue ma gorge,
Quand ma vie n’est qu’un peu d’eau échappant à mes doigts.
Quand la mort livide me nargue de tous côtés.
Quand la consolation prend le goût de bière éventée,
et quand les lèvres trébuchent avant même de parler,
ALORS, Seigneur, J’élève mes mains vers toi, je me jette vers toi. Comme l’enfant éperdu se jette dans les bras de sa mère ! C’est surtout un refuge sûr, une forteresse imprenable.
Et toi, comme une mère se contente d’embrasser l’enfant en pleurs, sans demander si c’est par amour ou par désespoir qu’il vient à elle, Toi tu ne poses pas les questions qui dérangent, Tout simplement tu me prends, tu me tiens, tu me retiens fermement, pour que je ne tombe pas plus bas encore.
Aide-moi, aujourd’hui encore, à bâtir là-dessus !
Tiens-toi sur la porte ouverte, sinon, j’aurai peur de repartir : Je ne vois bien mon chemin que lorsque tu l’éclaires.
Avec toi, la confiance m’accompagne, la peur s’en­fuit, j’avance d’un pas plus léger, parce que, toujours, tout chemin me ramène vers Toi.
Réécriture de Rom. 14/9 + Ps 90/1-3,13/14 Beginn 132/ 407
Seigneur, tu fus pour nous, d’âge en âge, un refuge.
Avant que les montagnes aient été enfantées, et que tu aies créé la terre et l’univers, de toute éternité, et pour l’éternité, toi, tu es Dieu.
Mille ans sont à tes yeux somme la journée d’hier qui est déjà passée, comme une heure de veille au milieu de la nuit.
C’est toi qui les emporte comme un peu de sommeil qui s’efface au matin.
Ils sont pareils l’herbe qui fleurit le matin, qui passe et qui, le soir, se sèche et se flétrit.
Épuisés par ta colère, ta fureur nous effraie, tu as mis devant toi, Seigneur, tous nos péchés, et nos fautes cachées, tu les mets en lumière.
Tous nos jours disparaissent par ton indignation.
Nous voyons nos années s’effacer comme un souffle … car le temps passe vite et nous nous envolons.
Apprends‑nous donc à bien compter nos jours, afin que notre cœur découvre la sagesse.
Reviens, Seigneur ! Reviens ! Jusques à quand tarderas‑tu encore ?
Exerce ta pitié envers tes serviteurs !
Comble‑n­ous chaque aurore de ta fidélité, et nous crierons de joie tout au long de nos jours.
Psaume 90/1‑17

Cantique 89, 1, 3 & 4 « Je louerai ton amour »

L O I

Souvent, dans le protestantisme francophone, on rappelle maintenant la loi de dieu.
Mais on peut se demander si c’est bien opportun à ce moment-ci.
En général, quand on vient assister au culte, on sait bien qu’on a besoin de la grâce.
Et s’il l’on vient, ce n’est pas par envie de se faire rabrouer, c’est souvent parce qu’on veut s’assurer que la grâce reste bien disponible, pour nous, tels que nous sommes, dans nos imperfections.
C’est ça l’essentiel : savoir que la grâce de Dieu est avec nous, puisque nous aimons Jésus-Christ, le Seigneur, le Sauveur.
Le sot ne se rend pas compte de la bonté de Dieu, l’idiot n’y comprend rien.
Les méchants poussent comme la mauvaise herbe, les gens malfaisant sont tous florissants. Mais la ruine définitive les attend. Le Seigneur domine toujours la situation.
Mais ses ennemis périront, et ceux qui font le malheur des autres seront éparpillés.

Psaume 92

HUMILIATION

Jésus, Fils de Dieu, tu donnes un sens à toute vie humaine.
Délivre-nous du doute … O Christ ressuscité, tu donnes une beauté nouvelle à l’humanité.
Délivre-nous du mépris des autres, et de nous-mêmes.
Seigneur de gloire, en toi sont cachés tous les trésors de la sagesse. Délivre-nous de l’oubli des vrais biens. Augmente-nous la foi.
Seigneur, aie pitié de nous !
Signes 1998
1
·Seigneur, aide-nous à bien discerner la vanité de certains de nos actes et toute l’importance de ton projet de salut pour nous.
Christ, montre-nous les réalités d’en-haut, celles que tu nous dévoiles à travers l’appel de nos frères.
Seigneur, amène-nous à amasser les trésors impérissables que nos greniers ne peuvent contenir.
Signes
2
Seigneur, apprends-nous à bien compter nos jours, afin que notre cœur découvre la sagesse. Reviens, ô Seigneur ! Reviens !
Jusqu’à quand tarderas-tu encore ? Exerce ta pitié envers tes serviteurs.
Comble-nous chaque aurore de ta fidélité ; et nous crierons de joie tout au long de nos jours.
Rends-nous en jours de joie les jours de nos épreuves.
Change en années de joie nos années de malheur !
Et que ton oeuvre apparaisse envers tes serviteurs…
Seigneur, aie pitié de nous !
Ps 90/11-16a

Cantique 130 § 1 « Du fond de ma détresse »

GRÂCE

1
La GRÂCE, c’est d’abord un pardon qu’on reçoit pour les fautes connues et pour les inconnues : pour les fautes avouées et pour les ignorées, un pardon qui décharge et soulage. Un poids nous est ôté.
La GRÂCE est alors un pardon qu’on transmet, même s’il n’est pas demandé, car c’est nous qu’il soulage.
Il panse la blessure qui nous fut infligée : elle menaçait d’étouffer notre cœur.
Car, en pardonnant, nous nous guérissons nous-mêmes d’avoir été offensés !
La GRÂCE, c’est par nature un pardon qu’on reçoit pour être retransmis.
La bienveillance de notre Dieu repose sur nous tous.
Alors que nous étions encore des pécheurs, Jésus-Christ a donné sa vie.
Maintenant, par sa grâce, par l’Esprit qui agit en nous, toutes choses deviennent nouvelles. Cela ne vient pas de nous, c’est le don de Dieu !
D’âge en âge, le Seigneur a été pour nous un refuge.
Avant que les montagnes fussent nées, d’éternité en éternité, il est Dieu.
Ps 90/1.2
Par leur conduite indigne, des insensés s’étaient rendus malheureux et ils touchaient aux confins de la mort.
Dans leur détresse, ils crièrent à Dieu qui les en délivra.
Il nous guérit en envoyant sa Parole, Il fait échapper nos vies à la fosse.
Oui, Jésus-Christ Parole vivante du Dieu vivant, a donné sa vie pour nous.
Il accorde le pardon et une vie nouvelle à ceux qui lui font confiance, à ceux qui orientent leur vie selon son commandement d’amour.
Louons donc le Seigneur pour son amour, pour ses merveilles en faveur des hommes !
Psaume 107

Cantique 266 § 1 & 2 « Rendons gloire à Dieu »

CONFESSION DE FOI

Je crois en Dieu le Père,
sa Providence ne s’épuise jamais.
Il nous confie la terre et nous charge de la recherche des vrais biens.
Je crois en Jésus,
Il est venu nous mettre à la recherche du Royaume, pour que nous découvrions les valeurs enfouies dans notre terre, et dans nos cœurs.
Je crois en l’Esprit Saint,
c’est le don du Père, Jésus nous l’a acquis.
Il fait de nous des êtres nouveaux, à l’image de celui qui nous a créés.
Je crois que l’Église est un peuple en marche vers la paix du Christ.
Elle rassemble tous ceux qui acceptent de vivre dans les liens de l’amour.

Cantique 259 § 1 & 5 « Oui, je veux te bénir »

OFFRANDE

Les biens que le Seigneur nous confie sont destinés à servir.
A nous servir, dans la mesure de nos besoins. Et aussi à servir les autres.
Notre offrande signifiera que nous savons faire la part des choses, et aussi faire la part des autres !

PRIÈRE d’OFFRANDE

1.
Dieu notre Père, tu vas toujours au-delà de nos prévisions quand tu réponds à nos demandes.
Conduis-nous vers un vrai partage de nos biens.
Que tout ce que nous recherchions ici-bas soit pour nous un chemin et non une demeure. Car c’est en Toi que nous voulons demeurer.
2.
Seigneur, tu nous as confié la terre et la gérance de ses ressources.
Donne-nous d’assumer nos responsabilités en vue de ton Royaume, sans jamais nous laisser asservir par le profit.
Ainsi, jour après jour, nous nous serons les artisans de l’harmonie, c’est la tâche que tu nous confies.
Par Jésus, le Christ, notre Seigneur ! Amen

ILLUMINATION

Seigneur Jésus, tu as enduré l’angoisse mortelle,
Et tu as alors gagné la vie. La vie pour toujours. Délivre-nous de toute crainte.
Ton pouvoir va bien au-delà de nos limites, Bien au-delà de la limite entre ce que nous appelons le bonheur et le malheur.
Ne permets pas que nous soyons emportés par des tournillons,
Ni par les tourbillons de nos vies,
Ni par le tourbillonnement des esprits de notre temps.
Que notre confiance en toi soit pour nous une ancre jetée sur un fond solide.
Oui, donne-nous d’être bien ancrés dans ton amour.
Car toi, tu es l’amour, dans la communion du Père et de l’Esprit.
Beginn 132 / 407
Seigneur, apprends-nous à mesurer l’importance de notre passage ici-bas, et fais-nous préparer la terre nouvelle et les cieux nouveaux, avec Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur.

LECTURES BIBLIQUES

1 ère lecture
Ecclésiaste 1 à 2 1-23 ©BFC
1 / 2 Vanité des vanités, disait l’Ecclésiaste, Vanité des vanités, tout est vanité.
2/21 Un homme s’est donné de la peine ; il était avisé, s’y connaissait, a réussi.
Et voilà qu’il doit laisser son bien à quelqu’un qui ne s’est donné aucune peine. Cela aussi est vanité, c’est un scandale.
22 En effet, que reste-t-il à l’homme de toute la peine et de tous les calculs pour lesquels il se fatigue sous le soleil ? Tous ses jours sont autant de souffrances, ses occupations sont autant de tourments : même la nuit, son cœur n’a pas de repos. Cela encore est vanité !

2ème lecture
Colossiens 3 1-11 ©BFC
1Vous avez été ramenés de la mort à la vie avec le Christ. Alors, recherchez les choses qui sont au ciel, là où le Christ siège à la droite de Dieu. 2Préoccupez-vous de ce qui est là-haut et non de ce qui est sur la terre. 3Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu. 4Votre véritable vie, c’est le Christ, et quand il paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui en participant à sa gloire.
La vie ancienne et la vie nouvelle
5Faites donc mourir tout ce qui est terrestre en vous : l’immoralité, l’impureté, les passions, les mauvais désirs et l’avarice (car l’avarice, c’est de l’idolâtrie) . 6Ce sont de telles fautes qui attirent la colère de Dieu sur ceux qui s’opposent à lui. 7Voilà comment vous vous conduisiez autrefois quand votre vie était dominée par ces péchés.
8Mais maintenant, rejetez tout cela : la colère, l’irritation et la méchanceté. Qu’aucune insulte ou parole grossière ne sorte de votre bouche. 9Ne vous mentez pas les uns aux autres, car vous avez abandonné votre vieille nature avec ses habitudes 10et vous vous êtes revêtus de la nouvelle nature : vous êtes des êtres nouveaux que Dieu, notre Créateur, renouvelle continuellement à son image, pour que vous le connaissiez parfaitement. 11Il n’importe donc plus que l’on soit non-Juif ou Juif, circoncis ou incirconcis, non civilisé, primitif, esclave ou homme libre ; ce qui compte, c’est le Christ qui est tout et en tous.

3ème lecture
Luc 12 (13) 15-21 ©BFC
La parabole du riche insensé
13Quelqu’un dans la foule dit à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi les biens que notre père nous a laissés. » 14Jésus lui répondit : « Mon ami, qui m’a établi pour juger vos affaires ou pour partager vos biens ? » 15Puis il dit à tous : « Attention ! Gardez-vous de tout amour des richesses, car la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, même s’il est très riche. »
16Il leur raconta alors cette parabole : « Un homme riche avait des terres qui lui rapportèrent de bonnes récoltes. 17Il réfléchissait et se demandait : “Que vais-je faire ? Je n’ai pas de place où amasser toutes mes récoltes.” 18Puis il ajouta : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands, j’y amasserai tout mon blé et mes autres biens. 19Ensuite, je me dirai à moi-même : Mon cher, tu as des biens en abondance pour de nombreuses années ; repose-toi, mange, bois et jouis de la vie.” 20Mais Dieu lui dit : “Insensé ! Cette nuit même tu cesseras de vivre. Et alors, pour qui sera tout ce que tu as accumulé ? ” » 21Jésus ajouta : « Ainsi en est-il de celui qui amasse des richesses pour lui-même, mais qui n’est pas riche aux yeux de Dieu. »

Cantique : 428/1,2,4 & 5 « Comme un enfant qui sert sont Père »

PRÉDICATION

PRIÈRE

Béni sois-tu, Dieu créateur, Pour l’éclat du soleil et la douceur des nuits.
Notre cœur discerne dans ta création les signes de ta grâce !
Béni sois-tu, Dieu des vivants, Pour les humains de toute race, toute nation.
Que notre amour s’élargisse à tous nos frères et que tombent les barrières qui nous séparent.
Béni sois-tu, Dieu de Jésus-Christ, Pour sa présence dans nos vies.
Nous ne voulons pas oublier ceux qu’il nous confie, surtout ceux qui peinent sous le fardeau de la misère, de l’exclusion.
Béni sois-tu Dieu des croyants, Pour cette table où tu nous rassembles.
Fais-nous célébrer en Esprit et en vérité le mystère de la Pâque toujours nouvelle.
Dieu d’amour, accueille nos prières, car c’est ta joie qui les inspire et de les exauce,
Par Jésus ….
D’après Signes 1998
C
Si nous devons comprendre la vanité de certaines choses, il ne s’agit pas pour autant de fuir les réalités terrestres.
Nous prions donc pour rester toujours très proches de ce qui fait notre vie de tous les jours que l’homme nouveau se développe en nous, capable d’inventer, de créer et de transformer.
Que notre communauté s’efforce de partager, d’être ouverte et fraternelle.
Ces signes devraient caractériser toute communauté chrétienne.
Seigneur, il est dur de faire mourir en nous ce qui est du vieil homme.
Aide-nous par ton Esprit à mieux vivre le nouvel Adam que tu nous proposes en Jésus, le Christ notre Seigneur.
Signes

Cantique 427 § 1, 2 & 3 « Tu me veux à ton service »

INTRODUCTION à la CÈNE :

Que la paix du Seigneur soit avec nous tous !
Prions le Seigneur !
1
Nous disons merci pour Jésus-Christ, Il nous invite à proclamer la grâce de notre Dieu !
2
Nous disons merci pour Jésus-Christ ! Il nous a confié les biens du Royaume de Dieu !

PRÉFACE
Dieu notre Père, merci.
Lors de son passage parmi nous, Jésus, a fait une œuvre merveilleuse.
Et maintenant, Il est vivant, ressuscité, et il nous invite à rechercher les réalités supérieures, sans pourtant négliger nos tâches d’ici-bas.
Son esprit nous pousse à renoncer aux actions de l’être ancien.
Il veut nous revêtir de l’être nouveau : tu le crées en nous jour après jour.
Oui, tu accueilles dans ton royaume ceux qui mettent leur confiance en toi, ceux qui n’amassent pas des trésors périssables.
Voilà pourquoi, avec ton peuple tout entier, tous ceux qui te cherchent, nous chantons ta louange …..

Cantique 863 « Saint, Saint, saint … »

Bienheureux le pauvre au seuil des festins : les palais de Dieu lui sont fraternels.
Bienheureux les yeux qui cherchent le jour : la splendeur de Dieu, demain brillera.
Bienheureux le cœur assoiffé d’amour : l’océan de Dieu pour lui jaillira.
Bienheureux les cris au fond des prisons : la cité de Dieu résonne de joie !
Bienheureux le sang des martyrs sans nom : le jardin de Dieu fleurit de leur foi !
Bienheureux les bras ouverts au pardon : la bonté de Dieu reçoit leur espoir.
Bienheureux l’enfant dans son abandon : car la main de Dieu ne peut décevoir !
Bienheureux toujours celui qui, comme nous, peut ouvrir son cœur et redire aussi :
Bénis soit celui qui vient à nous au nom du Seigneur !
D’après Signes 1998

INSTITUTION
A la veille de se laisser élever sur une croix pour nous attirer tous dans la communion de l’amour, le Seigneur Jésus prit le pain…
PRIÈRE
Maintenant, nous nous souvenons, Père, de ta Parole semée en notre terre et de la vie don­née par Jésus ton Fils, jusqu’à la Croix !
Nous célébrons sa résurrection et le rayonnement de son amour.
Jésus ressuscité, l’homme nouveau, nous entraîne dans une vie nouvelle.
Que son Esprit nous anime dans toute notre action, qu’il nous inspire le sens de la gratuité et du partage, pour préparer ainsi le triomphe de ta justice et de ta paix en notre monde.
Maintenant, Seigneur : libère-nous des mirages du profit et de l’avidité.
Ne permets pas que la course au profit continue de dresser des barrières infranchissables entre les hommes.
Nous te prions pour les responsables de l’économie, au niveau local, au niveau régional, au niveau national et dans le monde entier : que tous restent attentifs aux vrais besoins de l’homme.
Rends-nous conscients de toutes les contraintes et toutes les servitudes de notre société matérialiste. Mets-nous à la recherche des valeurs essentielles et rends-nous, par Jésus, le vrai sens de la vie.

Cantique 871 « Christ est venu »

INVITATION
Seigneur notre Dieu,
nous te remettons nos soucis et nos joies de chaque jour.
Nous te remettons notre volonté de ne pas être captifs des biens terrestres.
Conduis-nous maintenant vers les réalités supérieures, alors, nous entrerons dans la louange de ton Église : Par Jésus, le Christ, notre Seigneur …
d’après Signes 1998
Jésus s’est fait pauvre pour nous enrichir par le partage de cette pauvreté.
Voici le pain et le vin de la gratuité de Dieu !
Venez, car tout est prêt !

COMMUNION
Nous rompons le pain, c’est la communion au corps du Christ.
Jésus a donné sa vie pour nous.
Oui, le Christ vivant met en nous sa vie, pour que notre vie devienne sienne.
Nous disons merci pour la coupe, C’est la communion au sang du Christ, versé pour nous.
Par cette alliance qu’Il renouvelle sans cesse, Jésus-Christ fait couler en nous sa vie,
comme un sang nouveau, comme un vin de fête.
Pour que notre vie devienne sienne, dans l’espérance et dans l’amour.

PRIÈRE DE RECONNAISSANCE
Père, tu es un Dieu qui semble caché, pourtant, tu es bien présent !
Jésus nous entraîne dans son passage.
Nous avons communié ensemble et avec lui.
Nous avons communié à son corps et à son sang,
Il fait de nous des ressuscités,
Des hommes et des femmes reconnaissants et attentifs.
Nous voulons te servir chaque jour de notre présence en ce monde-ci.
Béni sois-tu Père, par Jésus, pour toujours !
D’après Signes 1998
C
Seigneur, nous avons partagé ta Parole, ton Pain, ton Vin. Aide-nous à ne pas garder pour nous seuls cette vie que Tu nous as confiée. Fais qu’elle se propage à travers nous et manifeste la présence de Jésus, notre Seigneur.
Signes

EXHORTATION & BÉNÉDICTION

Frères et sœurs, mettez votre joie dans l’amour qui nous a comblés.
Dieu nous envoie maintenant, renouvelés, pour reprendre notre route.
Le Christ est notre paix, il marche avec nous !
Allez en paix !
D’après Signes 1998
En vivant pour Dieu et avec lui, Nous devenons l’humanité nouvelle.
Nous pouvons vivre le partage de la richesse.
Et la solidarité fait tomber les barrières, efface les frontières.
Plus de Chacun pour soi !
Nous ne sommes pas seuls, d’autres hommes, d’autres femmes
Font partie de la fraternité en marche.
Comme nous, ils travaillent à préparer la terre nouvelle, la terre sans barrière.
1
Parlez à vos frères et sœurs dans le monde de cette rencontre de chaque dimanche ; dites-leur ce qu’elle vous apporte en fait de joie et d’espérance.
Allez dans la paix du Christ !
2
Vivez maintenant la vie nouvelle que le Seigneur a mise en vous !
Laissez rayonner la liberté qui vient de Lui.
Ne vous incrustez pas dans vos travaux ou dans vos loisirs ; ni dans la jouissance de l’abondance, ni dans la détresse de la pénurie.
Allez de l’avant, visez la terre nouvelle où Dieu nous attend pour partager avec nous tous les fruits de la vie !
Allez et marchez dans la liberté du Christ !

Cantique 528/1.2 « O Jésus, tu nous appelles »

Laisser un commentaire

Fermer le menu