Epub - Marchienne-Au-Pont

Epub - Marchienne-Au-Pont

previous arrow
next arrow
Slider

Dimanche 31 mars 2019 (CC04)

LAETARE

ACCUEIL

La grâce est toujours avec ceux qui aiment le Seigneur Jésus-Christ !
Le fils prodigue était comme mort, il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.
Je veux remercier le Seigneur à chaque instant, Ma bouche chantera toujours ses louanges.
1
Bienvenue à vous tous, Frères et Sœurs,
dans l’amour que Dieu nous a manifesté en Jésus-Christ notre Frère.
Dimanche après dimanche, nous nous rassemblons pour vivre la fête ; la fête, car l’évangile est une bonne nouvelle pour nous ; la fête, car c’est le Christ lui-même qui nous rassemble dans le pain et le vin partagés.
Durant ce culte et dans les jours qui viennent, nous prendrons aussi le temps de nous réjouir, nous laisserons de côté les regrets : tout ce qui pourrait être et qui n’est pas, pour découvrir en Christ l’abondance de la joie.
JSB
2
Nous pouvons être dans la joie chaque fois que nous sommes invités dans la maison du Seigneur, chaque fois que nous nous retrouvons ensemble dans ce lieu ; être avec Dieu, et surtout, être ensemble en sa présence, voilà ce qui fait chanter nos cœurs !
DIEU EST ATTENTE ET MISÉRICORDE
Un pauvre a crié, le Seigneur entend.
Car c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconcilie le monde avec Lui.
Mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.

Chant : 429, § 1 & 2 « C’est vers toi que je me tourne »

LOUANGE

Je veux remercier le Seigneur à chaque instant, ma bouche chantera toujours ses louanges.
Je suis très fier du Seigneur.
Vous, les gens simples, écoutez et soyez dans la joie !
J’ai, cherché le Seigneur et il m’a répondu, Je n’ai plus peur de rien
Ceux qui regardent vers lui brillent de joie, et leur visage n’est pas couvert de honte.
Quand un malheureux crie, le Seigneur entend, il le sauve de tout ce qui lui fait peur.
Psaume 34/ 2-3, 5-7 Parole de Vie
Nous voudrions nous réjouir, ô Seigneur Dieu ; nous réjouir du fond du cœur, quand nous nous tenons devant toi, quand tu viens à nous.
Oui, nous voulons nous réjouir, ô Seigneur.
Nous voulons nous réjouir dans l’assemblée.
Pour tous les hommes, dans ton Eglise, tu rends vivants tous tes présents ; et ta Parole et ton Esprit !
Ô Dieu, tu nous apprends la joie, la joie sur cette route aride ; oui, Christ, marche avec nous, nous aide et nous protège.
Tu nous fais voir la joie, ô Seigneur Dieu : elle nous vient de Jésus, apporte la lumière, la chaleur, la vraie vie dans nos vallées de pleurs, de haine, de mépris, dans ce monde d’angoisse, de mort et de terreurs.
Nous nous réjouissons, ô notre Dieu ! Nous nous réjouissons avec Jésus.
En suivant ses traces, en marchant avec Lui, quand sa puissance efface toute souffrance, nourrit nos cœurs d’espoir et nous tient dans sa main.
Versions Libres du Psaume 84, avec 1 Pierre 4/13 BEG 1°
O Seigneur Jésus-Christ, des plaies de ta souffrance tu fais jaillir la joie.
De la croix de ta honte tu tires la clémence ; du tombeau de ta mort, s’élève une espérance.
Souffrance et honte et mort sont par Toi transformées.
Elles deviennent, par la foi : joie pour tous les humains, clémence pour tout pécheur, espérance à qui t’aime.
Fais-nous vivre cela, aujourd’hui et demain ; Chaque jour avec toi.
Nous suivrons ton chemin : le chemin de Ta croix, le chemin de la vie.
De la vie accomplie, dans l’amour, par ta grâce, Ô Seigneur Jésus-Christ.
BEG 2°

Chant : 259 § 1, 3, 4 & 5 « Oui, je veux te bénir »

L O I

Nous connaissons bien la parabole de l’enfant prodigue, appelée aussi parabole des deux fils. Elle nous rappelle que le Dieu de la patience s’use les yeux à guetter le retour de ses enfants dispersés.
Nous voulons regarder vers ce Dieu de miséricorde qui n’attend de notre part qu’un signe, un mouvement vers lui pour venir à notre rencontre et nous rendre la joie.
d’après SIGNES 1998

HUMILIATION

1
Confesser notre péché, c’est, comme le fils prodigue, prendre conscience des insuffisances de notre amour.
C’est aussi nous apercevoir de nos refus, de tout ce qui nous replie sur nous-mêmes, et nous fait ressembler au Fils aîné de la parabole.
Mais c’est aussi nous étonner, nous émerveiller en présence du Père qui nous aime, tels que nous sommes :
c’est alors entrer dans la fête de la réconciliation.
Céla
Nous voici devant toi, Seigneur, tels que nous sommes. Viens au secours de notre petite foi. Ne permets pas que notre âme se dessèche.
Donne-nous l’eau qui fait vivre, nettoie et rafraîchit, pour que nos cœurs de fleurissent encore, pour les autres et pour Toi…
Beginn 50

Chant : 424 § 1 & 3 « Entre tes mains j’abandonne … »

GRÂCE

1
Si nous vivons en communion avec le Christ, Il fait de nous des créatures nouvelles : Il nous réconcilie avec Dieu, Il nous ouvre à l’amour.
Après nous avoir rendus conformes à sa justice d’amour,
Il fait de nous des artisans et des annonciateurs de la réconciliation pour tous ! C’est pourquoi nous louons le Seigneur !
Céla
2
Jésus-Christ, notre frère aîné, a été livré à la mort à cause de nos péchés, il est ressuscité pour nous relever et pour nous rendre conformes à l’amour du Père.
Il a répandu son Esprit de réconciliation sur les siens pour nous affranchir à notre tour de nos péchés et annoncer sa réconciliation ; il nous délivre de tout mal et nous rend capables de pardonner à notre tour, comme Lui-même nous pardonne !
C’est ainsi qu’il nous introduit dans la joie de sa fête !
Céla
3
Même quand nous doutons de lui, Dieu est présent parmi nous, en nous.
Même quand nous nous trompons, le Christ reste la vérité et Dieu reste amour.
Dieu vient à notre rencontre, Il nous relève, il fait de nous ses enfants, tout à nouveau.

Chant : 615 § 1 & 3 « A mon Dieu je me confie »

CONFESSION DE FOI

1
Je crois en Dieu le Père,
il nous a fait don de ses biens, il attend, au seuil de sa maison que nous entrions pour la fête.
Je crois en Jésus,
notre aîné et notre frère, il nous précède, ressuscité, sur tous nos chemins, par la vie et la réconciliation qu’il apporte.
Je crois en l’Esprit saint,
il est esprit d’accueil et de pardon, il convertit les pécheurs et rend humble les justes.
Je crois que Dieu nous donne l’Église, pour que nous ayons, sur la terre, un avant-goût de la fête du pardon de Dieu.
Céla
2
Je crois que Dieu peut et veut tirer du bien de toute circonstance, même de la pire.
Il a besoin d’hommes et de femmes qui sachent tirer le meilleur de chaque situation.
Je crois que Dieu, dans chaque cas difficile, veut nous donner toute la résistance dont nous pouvons avoir besoin.
Il ne la donne pas à l’avance : il veut que nous comptions sur Lui et non pas sur nous.
Je crois que nos fautes et nos erreurs ne sont pas inutiles.
Elles ne donnent pas plus de tracas à Dieu que ce que nous appelons nos bonnes actions.
Je crois que Dieu n’est pas un destin aveugle, au contraire, Il attend de nous des prières sincères et des actions droites et Il répond.
D. Bonnhoeffer

Chant : 272, § 1 & 2 « Toute ma vie »

OFFRANDE

Frères et Sœurs,
Nous allons recueillir l’offrande.
Nous ne sommes ni du côté du Fils prodigue, qui dilapide l’héritage de son Père, ni du côté du fils aîné, celui qui boude la joie des retrouvailles, du pardon et de la réconciliation.
Nous voulons secouer nos réticences, nos résistances, et entrer vraiment dans la joie, celle que Dieu a préparée, pour nous aussi.

PRIÈRE d’OFFRANDE et ILLUMINATION

Père céleste,
Notre offrande de ce jour démontre le degré actuel de notre consécration.
Agis en chacun de nos cœurs afin que l’offrande d’argent s’agrémente toujours d’un parfum de reconnaissance pour l’amour qui nous vient de toi.
En Jésus-Christ, ton Fils, notre Sauveur !
Permets, Seigneur, qu’en ce temps qui nous conduit vers Vendredi Saint et Pâques, nous puissions mieux entrer dans le mystère de ton amour.
Nos esprits sont trop habitués, et nos cœurs fatigués, Viens en nous et fais toutes choses nouvelles.
Tu connais nos désirs et nos faiblesses, nos élans et nos révoltes, notre confiance et nos défaillances.
Tu es patient quand nous nous égarons.
Tu veux nous accueillir et nous transformer ; tu partages toute détresse et toute misère, Et tu donnes force, espérance et amour fraternel.
Tu nous accordes ton pardon et nous fais retrouver le chemin de la vraie vie.
Enfants égarés et retrouvés, nous pouvons t’appeler notre Père, nous confier à toi et te remettre toutes choses, Seigneur, car c’est à toi qu’appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, pour toujours !
Prière pour le temps de la Passion à la lumière de la Parabole du fils retrouvé
d’après PPT 2001

Seigneur, ta Parole est une lumière sur ma route.
Permets, aujourd’hui encore, que ton Évangile me rejoigne dans les préoccupations et les pensées qui retiennent mon attention.
Permets surtout que je reçoive pleinement la nourriture dont j’ai besoin pour toute la semaine.
Garde-moi curieux de ta Parole et résolument prêt à partager la bonne nouvelle de ton amour avec tous ceux que tu me donneras de rencontrer.
Garde moi dans ta paix et, surtout, le cœur reconnaissant.
Amen
PPT 2004 Bernard Millet
Dieu de Miséricorde, ton pardon est offert à celui qui s’est éloigné de toi.
Tu ne te résignes pas à nos détours, tu nous espères inlassablement.
Béni sois-tu, Dieu notre Père, pour cette tendresse dont tu nous combles chaque jour. Louange à toi, Dieu d’amour,
Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur. Pour toujours.
Signes 1998

La 1ère lecture, Josué 5/10-12 St Michel
La 2ème lecture, 2 Corinthiens 5/ 17-21 pour 12-21 Vendredi Saint Année 2
L’Évangile, Luc 15/1-3 + 11 à 32 1 à 10 Eglise 4 Année 1, 1-32 Église 2 Année 2

LECTURES BIBLIQUES

1ère lecture
Josué 5/10-12
Les Israélites campèrent à Guilgal, et ils célébrèrent la fête de la Pâque le 14 ème jour du mois, au soir, dans la plaine proche de Jéricho. Le lendemain, ils mangèrent des pains sans levain et des épis grillés ; ils purent les préparer avec les produits du pays.
Dès lors, ils ne reçurent plus de manne ; dès cette année-là, ils se nourrirent de ce qui poussait dans le pays de Canaan.

2ème lecture
2 Corinthiens 5/16-21 Parole de Vie
Maintenant, nous ne connaissons plus personne d’une façon humaine.
Si nous avons connu le Christ de cette façon, ce n’est plus ainsi que nous le connaissons.
Donc, si quelqu’un est uni au Christ, il est créé de nouveau.
Ce qui est ancien est fini, ce qui est nouveau est là.
Tout cela vient de Dieu.
Il nous a réconciliés avec lui par le Christ et il nous a demandé d’annoncer cette réconciliation.
Oui, c’est Dieu qui a réconcilié le monde avec lui, par le Christ.
Il ne tient plus compte des fautes des êtres humains, et il nous charge d’annoncer cette parole de réconciliation.
C’est donc de la part du Christ que nous prenons la parole.
En réalité, par nous, c’est Dieu lui-même qui vous lance un appel : au nom du Christ, acceptez d’être réconciliés avec Dieu. Cela, nous vous le demandons avec force.
Le Christ était sans péché, mais Dieu l’a chargé de notre péché.
Alors, maintenant, par le Christ, Dieu nous a rendus justes.

ÉVANGILE
Luc 15/1-3 & 11-32
Les collecteurs d’impôts et autres gens de mauvaise réputation s’approchaient tous de Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et le maître de la loi s’indignaient entre eux et disaient : Il fait bon accueil aux gens de mauvaise réputation et mange avec eux !
Jésus leur dit alors cette parabole :
Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père :
« Mon Père, donne-moi la part de notre fortune qui doit me revenir ».
Alors le Père partagea sa fortune entre ses deux fils.
Peu de jours après, le plus jeune fils vendit sa part de propriété et partit avec son argent pour un pays éloigné.
Là, il vécut dans le désordre et dissipa ainsi sa fortune.
Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à manquer du nécessaire.
Il alla donc se mettre au service de l’un des habitants du pays, qui l’envoya dans les champs garder les cochons.
Il aurait bien voulu se nourrir des fruits du caroubier qui mangeaient les cochons, mais personne ne lui en donnait.
Alors il se mit à réfléchir sur sa situation et se dit :
« Tous les ouvriers chez mon père ont plus de nourriture qu’ils n’en peuvent manger, tandis que moi, ici, je meurs de faim ! »
Je vais partir pour retourner chez mon père et je lui dirai :
« Mon père, j’ai péché contre Dieu et contre toi, je ne suis plus digne que tu me regardes comme ton fils. Traite-moi donc comme l’un de tes ouvriers. »
Et il partit pour retourner chez son père.
Comme il était encore loin de la maison, son père le vit et en eut profondément pitié ; il courut à sa rencontre, le serra contre lui et l’embrassa.
Le fils lui dit alors : « Mon père, j’ai péché contre Dieu et contre toi, je ne suis plus digne que tu me regardes comme ton fils ».
Mais le père ordonna : « Dépêchez-vous d’apporter la plus belle robe et mettez-la lui ; passez-lui une bague au doigt et des chaussures aux pieds.
Amenez le veau gras et tuez-le, faisons un joyeux repas, car mon fils que voici était comme mort et il est revenu à la vie, il était perdu et je l’ai retrouvé. »
Et une joyeuse fête commença.
Pendant ce temps, le fils aîné de cet homme était aux champs.
Lorsqu’il fut près de la maison, il entendit un bruit de musique et de danses.
Il appela un des serviteurs et lui demanda ce que cela signifiait.
Le serviteur lui répondit : « Ton frère est revenu, et ton père a fait tuer le veau gras, parce qu’il a retrouvé son fils en bonne santé ».
Le fils aîné se mit alors en colère et refusa d’entrer dans la maison.
Son père sortit pour l’inviter à rentrer.
Mais le fils répondit à son père : « Écoute, il y a de nombreuses années que je te sers et je n’ai jamais désobéi à l’un de tes ordres. Pourtant, tu ne m’as jamais donné même un chevreau pour que je fasse un joyeux repas avec mes amis.
Mais quand ton fils que voilà revient, lui qui a dépensé entièrement ta fortune avec des prostituées, pour lui tu fais tuer le veau gras ! »
Le père lui dit : « Mon enfant, tu es tous les jours avec moi, et tout ce que je possède est aussi à toi.
Mais nous devions faire une joyeuse fête et être heureux, car ton frère que voici était comme mort et il est revenu à la vie.
Il était perdu et je l’ai retrouvé. »

Chant : 611, § 1, 2 & 3 « Dieu, mon allégresse »

PRÉDICATION

PRIÈRE

Je croyais que Dieu était grand, plus grand que la grandeur de mon imagination.
Une grandeur infinie qui effraie les humains.
Je croyais que Dieu était plus parfait que ce qu’aucun mot humain ne peut décrire, ni même approcher.
Je croyais que Dieu était plus distant, plus lointain que la plus lointaine des galaxies, aussi loin que la justice divine est loin du péché des humains.
Perdu dans mes pieuses croyances, j’ai imploré, Seigneur, ta miséricorde, j’ai cherché la grandeur, la perfection et la justice comme on poursuit le trésor au pied de l’arc-en-ciel.
Et tu es venu par derrière, tu m’as tapé sur l’épaule, de ta main percée, et tu m’as souri, et tu m’as parlé.
Tu m’as dit des mots nouveaux : joie, paix et confiance.
Ces mots, je veux le dire à mon tour, et les lire sur le visage de mes frères.
Les frères de ton Christ, avec qui je te rends grâces !
Amen
PPT 2007 par Christophe Singer
Donne-nous, Seigneur, d’apprécier la nourriture de la Terre promise comme si elle était la Manne.
Que la liberté que tu nous as acquise ne devienne jamais un dû.
Pardonne aussi nos hésitations et nos si petits appétits spirituels.
Tu nous donnes en abondance, réjouis-nous de tes biens.
Fais-nous les prendre avec reconnaissance et fierté.
Et qu’ainsi les autres aient aussi faim de toi comme tu nous as donné d’avoir faim de toi.
D’après Valérie Mitrani PPT 1995
Le pardon permet la réconciliation :
Nous te prions, Seigneur, pour les familles en difficulté : aide-les à reconstruire un avenir.
Le pardon remet debout : nous te prions, Seigneur, pour les chrétiens désabusés, fatigués.
Fais-leur la grâce d’un nouveau départ. Le pardon oublie le passé.
Nous te prions Seigneur, pour tous ceux qui soufrent dans leur dignité :
Qu’ils se sentent mieux reconnus et aimés.
Le pardon est chemin de joie.
Nous te prions, Seigneur, pour ceux qui nous font du mal :
Que nous ayons la force et l’audace de les aimer.
Signes 1998

Chant : 617, § 1, 2, 3 & 4 « Mon vrai trésor sur terre »

INTRODUCTION à la CÉNE

Que la paix du Seigneur soit avec nous tous !
Nous disons merci pour Jésus-Christ,
Il est le don merveilleux venu du Père, le pain véritable, la force pour la vie de tous nos jours, la source de notre espérance.
Il nous donne le pain pour chaque étape de la route.
Il nous invite à proclamer la grâce de Dieu.
Il est présent au cœur de chacune de nos journées.
Il est venu pour servir et il a été au service de la volonté de Dieu.
Il est venu ouvrir la voie d’un monde nouveau qui a commencé et que nous préparons avec Lui ! Il nous ouvre la voie de la libération.
L’élu du Père venu nous initier aux secrets de l’alliance avec Dieu !
Il vient au milieu de nous, non pour être servi, mais pour donner sa vie en rançon pour la multitude. Voici l’agneau de Dieu !

PRÉFACE
Père d’infinie bonté, nous te louons et te bénissons.
En Jésus, ton Fils bien-aimé.
Tu t’es fait l’un des nôtres pour nous révéler ton cœur de Père.
Par ton esprit d’amour, tu nous conduis vers une humanité renouvelée.
Comme le fils cadet, nous étions comme morts, abandonnés, découragés.
Et tu nous as rendu la vie ; nous étions perdus, et nous voici retrouvés.
Pleins d’admiration et de reconnaissance, unis à toutes les créatures qui te disent merci,
Nous disons l’hymne de ta gloire : saint …
Signes 1998
1
Père céleste, ton amour est merveilleux !
Et nous nous émerveillons de ta largesse envers tes enfants gaspilleurs !
Pour que nous soyons considérés justes comme Lui,
Jésus s’est laissé traiter comme un pécheur tel que nous.
Pour nous faire marcher sur les chemins de la réconciliation, il est venu à notre rencontre, malgré tous nos refus, afin de nous désarmer de nos raidissements.
Nous l’avons tenu pour mort, mais il est réellement vivant, le premier-né d’entre les morts.
Il était perdu, mais il est ressuscité !
Et nous voici réconciliés par lui, unis aux gens de ta maison, invités à entrer dans la fête de la vie retrouvée.
Et grâce à Lui nous chantons ton amour…
Céla
2
Oui, merci, Père céleste, pour Jésus-Christ, notre frère aîné : c’est lui qui nous invite aux retrouvailles, il nous montre combien ton amour est généreux pour nous tous, enfants prodigues.
Pour que nous devenions semblables à ta justice, il a accepté d’être confondu avec nous, les pécheurs.
Il a accepté d’être traité comme nous, comme nous méritons de l’être.
Pour que nous puissions marcher sur les chemins de la réconciliation, il est venu à notre rencontre.
Nous étions entêtés dans nos refus, raidis dans nos craintes, mais il a tendu la main ;
Pour que nous puissions entrer dans ta maison, Jésus s’est chargé de nos ingratitudes. Son cœur transpercé nous révèle toute ta tendresse. Et nous l’avons cru mort.
Mais il est aussi notre aîné dans la résurrection. Il n’est pas perdu !
Et nous, tout comme lui, nous ne nous perdrons pas, mais entrerons dans ta vie.
C’est pourquoi nous te disons merci et nous chantons à ton honneur.
Béni soit le Seigneur qui vient !
Céla

Chant : 317 § 1 « Laisserons-nous à notre table »

INSTITUTION
Faisons silence devant le Seigneur !
Quelques heures avant de se laisser élever sur une croix pour nous attirer tous dans l’universelle communion de l’amour, au moment de se donner lui-même pour nous, afin de venir à bout de toute haine et rancune et pour fonder une vraie paix
Jésus prit le pain …

PRIÈRE
1
Accueille-nous, Père, dans la fête de ton amitié retrouvée.
Aujourd’hui, tu ne nous offres plus la manne du désert.
C’est le pain vivant que tu mets devant nous, le pain de la réconciliation et le vin de la joie, ta réconciliation et ta joie.
Donne-nous de les recevoir pour que nous vivions vraiment, et que nous vivions pour toujours. Par Jésus-Christ ton Fils, notre Seigneur.
2
Par ce pain et ce vin, partage-nous, ô Père, un avant-goût de ta fête.
Que ton esprit de réconciliation dispose nos cœurs, qu’il les ouvre à ta tendresse et nous rende miséricordieux comme toi.
Dans l’humanité, tant de blessures, tant de souffrances défigurent ton image, donne-nous de partager ta compassion !
Tous les jours, tes enfants s’écartent de tes chemins, tu ne te fatigues cependant pas d’attendre leur retour, donne-nous les yeux de ta patience.
Apprends-nous à renoncer à ce qui nous sépare, à refuser d’avoir raison contre l’autre.
Mets ta parole de bienveillance en nos cœurs et sur nos lèvres pour que nous puissions faire écho parmi les hommes, au message de l’amour de Jésus notre Aîné dans ta maison.

Chant : 317 § 5 « Laisserons-nous à notre table » Laisserons-nous à nos églises

INVITATION
Avec ce pain et ce vin, Seigneur, nous marquons la joie de te retrouver.
Tu veux nous accueillir comme le père accueillit le fils prodigue.
Car tu es prodigue toi-même, prodigue d’amour et d’espérance.
Voici le pain et le vin offerts à tous ceux qui acceptent d’être réconciliés.
L’Esprit du Christ fait de nous des créatures nouvelles.
Voyez et constatez que le seigneur est bon.
Oui, bienheureux qui s’abandonne à lui !
très dérivé de Signes 1998

COMMUNION
Nous rompons le pain, c’est la communion au corps du Christ.
Jésus a donné sa vie pour nous.
Car Il met sa vie dans la nôtre, pour que notre vie devienne sienne.
Nous disons merci pour la coupe,
C’est la communion au sang du Christ, versé pour nous,
C’est la nouvelle alliance, la vie du Christ coule en nous, comme un sang nouveau, comme un vin de fête.
Pour que notre vie devienne sienne, dans l’espérance et dans l’amour.

PRIÈRE
Merci, Seigneur, pour les dons reçus de ta grâce.
Ta Parole a été proclamée, ton pain et ton vin ont été distribués, et ton esprit nous unit en une communauté de vie et de témoignage.
Remplis nos cœurs et nos bouches de ta louange, et que les bienfaits de ce dimanche rayonnent sur tous les jours de la semaine à venir.
Aide-nous de transformer en actes ce que tu as semé dans nos esprits.
Accorde-nous d’aller vers chaque être humain avec une fraternelle ouverture et un désir de partage.
Fais de nous des ouvriers de paix qui acceptent les autres dans leurs diversités.
Que notre conduite soit imprégnée de sagesse et de discernement.
Béni soit ton nom, pour toujours !
Jacques Bauerlé PPT 1998
2
Chantez au Seigneur, Vous ses bien-aimés !
Que par vos louanges son saint nom soit évoqué !
Sa colère dure un instant, Son amour est pour la vie.
Le soir apporte des larmes, Le matin des cris de joie !
Chantez au Seigneur, Vous ses bien-aimés !
Ps 30/5-6

NOTRE PÈRE…

EXHORTATION

1
Laissant de côté tout ce qui aurait pu être et qui n’est pas, nous avons découvert en Christ l’abondance de la joie.
C’était aussi une préparation pour les jours qui viennent.
Maintenant, réconciliés dans un pardon reçu et partagé, allez annoncer la Paix du Christ !
2
Il s’agit maintenant d’être prodigues, dépensiers de la miséricorde, du pardon et de l’amour de Dieu, forts de sa Parole, de son Esprit et de son pain.
Oui, soyez des témoins zélés et des artisans pratiquants de la compassion de Dieu, par Jésus, le Christ, notre Seigneur !
Réconciliés dans un pardon reçu et partagé, allez annoncer la Paix du Christ !

ENVOI

1
Voici ce qui est inébranlable, malgré nos folies et révoltes :
La grâce est avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus Christ !
Éphésiens 6/24

2
La grâce est avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus Christ !
Nos pires folies n’y changeront rien !
Éphésiens 6/24

Chant : 160 « Notre Dieu est délivrance »

Laisser un commentaire

Fermer le menu